Réduction des risques de catastrophe

 

Le programme de réduction des risques de catastrophes et de gestion des risques de catastrophes d'Haïti est conçu pour se préparer et répondre aux catastrophes potentielles à court terme ainsi que pour réduire les risques de catastrophes potentielles pour la population haïtienne.

Toutes les activités sont menées dans le cadre du renforcement des capacités des autorités de l'État, y compris la Direction de la Protection Civile (DPC) au niveau national et les autorités locales au niveau de la commune et du quartier. Les activités de l'OIM sont menées dans les camps de personnes déplacées, les communautés urbaines environnantes et les zones rurales.

L'OIM utilise à la fois des méthodologies éprouvées  ainsi que des outils de haute technologie tels que l'imagerie aérienne et le système d'information géographique (SIG). Les activités de l'OIM comprennent:

· Prévention et atténuation des risques physiques;

· L'infrastructure d'évacuation à court terme, les systèmes et le renforcement des capacités;

· Réduction des risques de catastrophe à base communautaire; et

· Préparation et réponse aux urgences.

Prévention et atténuation des risques physiques

Reconnaissant les risques environnementaux graves présents en Haïti, l'approche de l'OIM en matière d'atténuation des risques physiques intègre les activités essentielles d'atténuation, de drainage, de reboisement et de gestion des bassins versants.
Depuis 2004, l'OIM a entrepris les activités suivantes afin d'aider à inverser les effets de la déforestation et à réduire les inondations dans les zones de basse altitude:
Excavation de 470,814 mètres linéaires de micro-bassins;
Plantation de mini-forêts et d'arbres fruitiers
Construction ou réhabilitation de 17 000 mètres linéaires de canaux de drainage.

Depuis 2011, l'OIM a entrepris des projets d'atténuation des inondations à grande échelle dans les zones urbaines et rurales. Ces projets comprennent l'analyse par imagerie aérienne à haute résolution, la modélisation hydrologique sophistiquée et le soutien aux autorités locales et aux groupes communautaires dans l'exécution du traitement des ravins, le reboisement, la conservation des sols, le soutien à l'agriculture en montagne et les activités connexes.

Infrastructure d'évacuation à court terme, systèmes et renforcement des capacités

Reconnaissant que tous les risques physiques à court terme ne peuvent être atténués, l'OIM travaille en étroite collaboration avec DPC pour améliorer le réseau des abris d'évacuation dans le pays et renforcer les capacités et les politiques du gouvernement en matière d'évacuation et de gestion des abris.

  •  Guide de Gestion des Abris d'Evacuation

En appui à la DPC, l'OIM a aidé à la création d'un Guide de gestion des abris d'évacuation. Le guide a créé une politique nationale sur les évacuations à court terme, couvrant les étapes de préparation, de pré-évacuation, d'évacuation et d'évacuation. Le gouvernement d'Haïti a officiellement adopté le Guide en 2012 et a ensuite été mis à jour en 2013.

  • Evaluation structurelle et cartographie des abris

Suite au tremblement de terre de 2010, le DPC, le Ministère des Travaux Publics, Transports et Communications (MTPTC); le Ministère des Affaires Sociales et du Travail (MAST); La Banque Mondiale, l'OIM et d'autres partenaires ont réalisé des évaluations structurelles de plus de 500 bâtiments publics afin de déterminer leur utilité en tant qu'abris d'évacuation.
L'OIM a
également aidé la DPC à réaliser une cartographie nationale des sites d'évacuation afin d'établir la toute première «liste maîtresse» des abris d'évacuation du pays. La DPC, en collaboration avec l'OIM, a ré​cemment mis à jour la «liste maîtresse» des abris d'évacuation, ainsi que et'effectue une évaluation fonctionnelle des abris prioritaires utilisés dans les communautés les plus vulnérables.

  • Infrastructure

En 2011, la DPC, le cluster UNICEF / Education et l'OIM ont trouvé un compromis politique pour utiliser les écoles comme abris d'évacuation d'urgence. Ce compromis comprend des mesures pour protéger les infrastructures éducatives et le droit à l'éducation (ainsi que des stratégies pour la préparation des sites, la protection des biens clés, la fermeture des abris, etc.). Dans le but de renforcer la capacité des abris d'évacuation d'urgence, l'OIM a construit cinq auditoriums dans les écoles ainsi que neuf nouveaux abris et en a réhabilité 25 autres.

  • Appui au Comité thématique sur les évacuations et la gestion des abris (CTEGAP)

En 2011, l'OIM a soutenu la relance et le fonctionnement du groupe technique du gouvernement sur la gestion des abris d'évacuation (CTEGAP). Le programme CTEGAP vise à élaborer des politiques et des normes relatives aux évacuations et à la gestion des abris d'évacuation, ainsi qu'à coordonner les activités des acteurs travaillant dans le domaine. L'OIM a appuyé la mise en place des cellules de coordination décentralisées du sous-groupe de travail sur les mesures d'urgence (CGR) dans les dix centres d'opérations d'urgence (COU) des départements. De plus, avec le soutien de l'OIM, CTEGAP a développé des curriculums de formation de formateurs pour 4 thématiques incluant: la gestion des abris d'évacuation, la gestion des déplacements internes (CCCM), la gestion des entrepôts et des NFI (Bien Non Alimentaires) et la gestion de l'information. Grâce aux activités de ToT, un total de 91 maîtres formateurs DPC sont répartis dans tout le pays. En outre, l'OIM, en coopération avec CTEGAP, a organisé diverses formations et a organisé de nombreuses conférences pour la DPC, la Croix-Rouge haïtienne, les autorités locales et les membres de la société civile impliqués dans les évacuations et la gestion des abris.

  • Préparation aux situations d'urgence et intervention

L'OIM aide la DPC à renforcer les évacuations à court terme, les interventions d'atténuation de la réponse rapide, les évaluations rapides des besoins et les distributions de biens non alimentaires. Avant le passage de l'ouragan Matthew le 4 octobre 2016, l'OIM a déployé du personnel sur le terrain à Jérémie et aux Cayes et a  prépositionnés des NFI ( Bien Non Alimentaires) pour 8 000 ménages. En raison de l'urgence de la situation et de la multitude de besoins, l'OIM a aidé à l'affectation des gestionnaires de refuge de la DPC, évalué les besoins de la population vulnérable hébergée dans les abris d'urgence et distribué les articles non alimentaires essentiels.

Réduction des risques de catastrophes à base communautaire

En coordination avec la DPC, les autorités locales et les communautés, l'OIM compte plus de 30 formateurs - dont beaucoup sont certifiés en premiers secours. À l'heure actuelle, l'OIM dispose de quatre modules de formation: gestion des risques de catastrophe (comités de vigilance) dans les camps, premiers secours communautaires et scolaires et gestion des risques de catastrophes, atténuation à petite échelle et gestion des abris d'évacuation.
Depuis 2011, l'OIM a formé plus de 20 000 personnes aux premiers secours de base et
à la gestion de catastrophe au niveau communautaire ou basé sur les camps. Chaque formation s'accompagne de la distribution d'une trousse d'outils (comprenant des pelles, des brouettes, etc.), des trousses de premiers secours communautaires ou des trousses de gestion des catastrophes pour les camps (drapeaux pour système d'alerte précoce, mégaphone, imperméables, bottes, etc.)
Afin de sensibiliser les populations vulnérables et réduire les risques et les vulnérabilités aux catastrophes naturelles, l'OIM DRR a créé et diffusé de nombreux programmes radiophoniques ainsi que trois numéros de Chimen Lakay (journal illustré populaire en créole) sur la gestion des risques de catastrophes, les incendies, la sécurité et les évacuations, les bonnes pratiques de gestion des bassins versants et sur l'agriculture de montagne.
Enfin, l'OIM Haïti a développé une méthodologie de cartographie des risques communautaires qui combine des éléments d'engagement communautaire, de collecte de données sur le terrain et d'analyse de risque sophistiquée (LIDAR et  imagerie haute résolution et modélisation altimétrique numérique).

 

Action proposé​e par l'OIM

L'OIM vise à renforcer les capacités du Gouvernement et de la population haïtienne à atténuer l'impact des risques naturels, à favoriser les opportunités socio-économiques et à renforcer l'accès aux services de base. Les interventions prioritaires de l'OIM comprennent:

Renforcer la résilience environnementale et socio-économique des communautés rurales des départements de Grand'Anse, du Sud et du Sud-Est en mettant en œuvre des travaux d'atténuation des inondations, des activités de reboisement et en promouvant des pratiques agricoles durables.
Renforcer la capacité des groupes communautaires vulnérables, des écoles et des entités pertinentes du Gouvernement haïtien à se préparer et à répondre aux situations d'urgence liées aux catastrophes.
Renforcer les capacités du Gouvernement haïtien en termes de réduction des risques de catastrophe, de préparation et de réponse à travers la création d'un espace d'évacuation supplémentaire pour les populations vulnérables en cas de tempête

 

 

 
 
Tag: 
French