Un an après Matthew, Haïti se rétablit, guérit et se reconstruit

 Un an après le passage de l’ouragan Matthew, Haïti se rétablit et mesure sa chance d’avoir été épargnée  il y a quelques semaines par l'ouragan Irma. Ce monstre de  catégorie 5 s’est contenté de longer la côte nord du pays, causant beaucoup moins de dégâts qu’attendus. Haïti n'aurait pas supporté un autre désastre.​

IOM received a total 2,068 metric tons of relief commodities for further shipment on the field.L’an dernier, Matthew, ouragan de catégorie 4 a dévasté la péninsule sud d'Haïti, ne laissant que la destruction sur son chemin. Le 4 octobre 2016, Matthew a tout pris : les maisons, les écoles, les biens, les troupeaux, les récoltes et des vies laissant derrière lui 2,1 millions de personnes en situation de détresse dont 1,4 million d’entre-elles avec un besoin d'assistance humanitaire[1].
La Direction de la protection civile (DPC) estime que 103 907 maisons ont été complètement détruites, 99 975 gravement endommagées, 11 500 légèrement endommagées et 21 500 ont été inondées[2], principalement dans les départements du Sud, de Grand'Anse et des Nippes[3].
Dans les heures qui ont suivi l'ouragan Matthew, l'OIM, en étroite coordination avec le Gouvernement haïtien et les partenaires respectifs, ont activé les opérations d'intervention d'urgence afin d'évaluer et de répondre aux besoins les plus pressants après la catastrophe et d'apporter une assistance immédiate dans les domaines prioritaires d'intervention[4].

204 491 ménages assistés

L'OIM a reçu au total 33 cargaisons maritimes, aériennes et routières, totalisant 2 068 tonnes de marchandises pour les expédier  sur le terrain. Une fois pré-positionnés, ces articles ont été mis à la disposition de la Direction de la protection civile (DPC) et d'autres partenaires sur le terrain leur permettant d’assurer une réponse d'urgence conformément aux stratégies de préparation et d'intervention  d'urgence du gouvernement et de la protection civile.
L'OIM a géré et transporté des stocks de Bien Non Alimentaire et d’abris d'urgence pour 204 491 ménages et les a pré-positionné dans les zones les plus affectées  pour permettre une distribution rapide sur le terrain.

  Assurer le suivi de plus de 38 000 personnes déplacées

 People that took shelter at the emergency evacuation center "Step by Step " in Dame Marie copyright IOM2017 JharletDeux jours après le passage de Matthew, l'OIM a déployé des équipes DTM pour effectuer une évaluation multisectorielle des centres d'évacuation d'urgence et de tout site spontané où la population déplacée avait trouvé refuge avant, pendant et après l'ouragan. Ces equipes ont suivi plus de 38 000 personnes déplacées, permettant une meilleure compréhension des besoins et des mouvements de population dans les départements les plus touchés (Grande Anse, Sud et Nippes). Voir la situation actuellement
En enregistrant, 21,979 individus (soit 5134 ménages) dans ces sites de déplacements, les équipes de la DTM ont aidé à mettre en place une assistance directe aux personnes et aux activités de relogement.

Les équipes de la DTM, appuyés par des agents locaux de la DPC ont également réalisé un inventaire des bâtiments pour déterminer le niveau de dégâts causés aux maisons et bâtiments, tout en tenant examinant les critères de vulnérabilités pour identifier et protéger les personnes atteintes de vulnérabilités spécifiques.  28 008 bâtiments ont été inventoriés dans les communes de Beaumont, Dame Marie, Chambellan et Moron. Résultats disponibles ici.

120,000 bâtiments ont également  été évalués par photo interprétation  à l’aide d’images satellite pour déterminer les dommages subis dans le Grand Sud. Voir les résultats 

Relocalisation des personnes déplacées : une subvention de location de maison pour un nouveau départ

Ena beneficary of the programme Cash for Rent, her 3 children with  Jackson Sejourne from OIM in Dame Marie.Copyright IOM2017JharletLa majorité des personnes déplacées par Matthew ouragan sont retournées spontanément dans leur quartier d’origine. Les ménages qui ne sont pas parvenus à retourner chez eux par leurs propres moyens ont bénéficié d’une aide au retour.

D'octobre 2016 à juin 2017, 1 781 ménages de 25 sites sont retournés dans leurs zones d'origine grâce à l'effort conjoint du gouvernement, des partenaires locaux et internationaux.

L’OIM a appuyé le retour des populations déplacées par Matthew grâce au programme ‘’Cash for Rent’’- du cash pour louer une maison. Les familles bénéficiaires de cette subvention ont  reçu une somme d’argent répartie en trois tranches de paiement incluant la subvention pour an de loyer, un frais de transport et un incitatif  pour démarrer une activité génératrice de revenus. L'OIM a relocalisé 210 ménages en Grand-Anse et 231 dans le sud, ce qui représente 441 ménages au total.

Aujourd’hui, 600 familles (soit plus de 1600 personnes) sont hébergées dans 36 sites de déplacement[5].  Un effort supplémentaire des partenaires est nécessaire pour assurer un retour digne et sécurisé de ces personnes  déplacées.

Lire l'histoire d'Ena et de ses enfants a Dame Marie.

Protéger les plus vulnérables en situation de crise

Les catastrophes naturelles et situations de crises accentuent le risque d’exploitation des populations affectées. C’est dans cette optique, l’OIM et la Comité National de Lutte contre la Traite des Personnes (CNLTP) ont  créé un sous-groupe de travail pour lutter contre le trafic des personnes. Les activités des équipes Protection de l’OIM ont permis de renforcer les capacités des acteurs locaux de protection en matière de prévention de la traite des personnes et des migrations irrégulières et  de mener des campagnes de sensibilisation sur le sujet. En décembre 2016, l’OIM a lancé une hotline pour prévenir, identifier, informer et orienter les cas potentiels de traite d’êtres humains.

Lutte contre les maladies d’origine hydrique

En Haïti, les maladies d’origine hydrique telles que le choléra et les diarrhées aigües sont une grande  menace après un désastre. L’eau potable, l’hygiène et l’assainissement sont des interventions essentielles qui sauvent des vies lors des crises humanitaires comme celle qu’a traversé Haïti en octobre 2016. Garantir l’accès à l’eau potable, à des conditions sanitaires adéquates et à l’hygiène est d’autant plus important que le pays est confronté à une épidémie de choléra depuis 2010.

Pour y répondre, les équipes santé de l’OIM ont soutenu les structures médicales du Ministère de la Santé et de la Population (MSPP) en Grand'Anse et dans le département du Sud en renforçant la capacité d’intervention rapide du personnel médical au choléra et en améliorant le traitement de l’eau à domicile dans les régions à risque élevé.

La section "santé" a mobilisé des agents du MSPP pour effectuer des séances de sensibilisation et d’éducation à  l’hygiène et aux méthodes de prévention du choléra.  Au total,110 913 personnes ont reçu des messages clés sur l’hygiène, le choléra et sur le traitement adéquat de l’eau.  38 229 bouteilles d’un produit local de traitement de l’eau « Aquajif » et 14 712 seaux ont été distribués à des dispensaires ruraux du MSPP. L’OIM a aussi formé 105 membres du corps médical sur les principes et les normes à respecter pour gérer les cas de choléra, lutter contre les infections et utiliser de manière adéquate les produits de traitements de l’eau.

Construire plus sûr et être prêt si un ouragan frappe à nouveau
 

Au travers des activités du groupe de travail Shelter / NFI, l’OIM a soutenu les ménages les plus vulnérables en finançant la reconstruction par les bénéficiaires dans les zones touchées, en dispensant des formations et en fournissant des kits de réparation d'abris (contenant du bois, desclous, etc.).
Les bénéficiaires de kit de réparation ont reçu des subventions pour acheter des matériaux supplémentaires et embaucher la main d’œuvre nécessaire pour effectuer les travaux de réparation respectant une reconstruction durable et sécurisée.
Le Groupe de Travail Shelter a promu l'approche Build Back Safer (BBS)- ’’Reconstruction Plus Sûre’’ afin d'établir une approche harmonisée et durable de la reconstruction.
Conformément aux principes du BBS, l'OIM met en œuvre des activités de réparation et des formations aux techniques de construction para-cyloniques dans les communes de Dame Marie, Chambellan et Moron pour 1 800 ménages.

Au total, 220 charpentiers locaux ont été formés aux techniques de construction para-cycloniques à Dame Marie.
Dans son rôle d'agence co-dirigeante du groupe de travail Haïti Shelter, l'OIM continue de dispenser une formation dans le département  de la Grand'Anse pour la construction de toitures légères.
50 charpentiers ont été formés aux Abricots, 20 à Jérémie, 75 à Moron et 75 à Chambellan. 50 charpentiers supplémentaires seront formés à Beaumont et 50 femmes du département de Grande Anse seront également formées aux techniques de constructions para-cycloniques. Lire l'histoire de Renaud et Illusse  

 

 

[1] Estimations de OCHA

[2] Données récoltées par SNGRD

[3] Source: PDNA

[4] Ces 6 domaines prioritaires d’intervention incluent:  Displacement Tracking Matrix (DTM), Protection, Abris et Biens non-alimentaires (NFI), Santé and traitement de l’eau à domicile, Coordination de Camps Coordination et Gestion de Camps (CCCM), et Logistiques.

[5] Source Displacement Sites Matrix- IOM DTM Haiti- 29 september 2017 http://haiti.iom.int/dtm-documents