Camps et Retours

Partout dans le monde, l'OIM répond aux situations d'urgence qui entraînent des déplacements massifs. L'OIM agit en tant qu'organisme chef de file du Groupe de coordination et de gestion des camps (CCCM) en cas de crise de déplacement provoquée par une catastrophe naturelle. Après le tremblement de terre de 2010 en Haïti, le personnel de l'OIM a répondu dans les 24 heures à l’urgence en fournissant et en coordonnant des services vitaux. En partenariat avec le gouvernement haïtien et la communauté humanitaire internationale, l’OIM travaille aussi sur des solutions durables aux déplacements de population

Le groupe de travail du CCCM

Actuellement, l'OIM est l'agence chef de file du Groupe de travail du CCCM (Groupe de coordination et de gestion des camps) en Haïti, qui est la structure de coordination en place depuis la fermeture officielle du Cluster en décembre 2014. Le Groupe de travail du CCCM est dirigé par l'Agence de logement du gouvernement et Bâtiments Publics (UCLBP). Les activités actuelles des partenaires du CCCM visent à fournir des solutions durables aux personnes déplacées depuis 2010 et, plus récemment, aux familles déplacées par l'ouragan Matthew en octobre 2016.

Les efforts du gouvernement et des partenaires ont permis d'aider et de faciliter le retour de 97% des déplacés de 2010. Plus de 7 ans après, un dernier effort complémentaire pourrait permettre de mettre un terme au déplacement grâce à la relocalisation ou à l’intégration des camps restants dans leurs quartiers d’origine.

Coordonnateur et  fournisseur de dernier recours, l'OIM surveille, via une équipe d'agents des opérations de gestion de camp, la situation de la population déplacée depuis 2010 et fournit une aide humanitaire aux personnes déplacées les plus vulnérables. L'OIM travaille avec les principaux responsables gouvernementaux  pour fournir des solutions durables, en matière de retour des personnes déplacées à la suite du tremblement de terre et de l'ouragan Matthew.  Maintenir l’entretien des camps restants est essentiel et indispensable considérant la très grande vulnérabilité de la population dans les camps, la détérioration des conditions physiques des tentes et des bâches, des risques annuels d'exposition à la pluie, la saison des ouragans et des risques pour la santé (en ce compris les maladies hydriques telle que le choléra).

 

Operations de Gestion de Camps (OCM)  

Plus de 7 ans après le tremblement de terre de 2010, on estime que 37 867 (9 347 ménages) vivent dans 27 sites ouverts en Haïti [1]. Compte tenu du manque de solutions de logement durables et malgré une réduction considérable de la population totale déplacée depuis le début de la situation d'urgence, la tendance à la baisse des déplacements ralentit.

Le 4 octobre 2016, Matthew, ouragan de catégorie 4  frappe la péninsule Sudd’Haiti. Dans les jours précédant et suivant l'ouragan, de nombreuses personnes trouvent refuge dans des centres d'évacuation pré-déterminés par la Protection civile ainsi que dans d'autres bâtiments (écoles, bâtiments publics, etc.). Le 10 octobre, la Protection civile a estimé que 175 000 personnes étaient hébergées dans 224 centres d'évacuation[2].

Bien que la majorité des personnes déplacées soient retournées dans leur région d'origine, 3 618 personnes sont toujours déplacées dans 51 centres d'évacuation et dans des camps situés dans les départements de Grande Anse, du Sud et de Nippes [3].

L'OIM dirige la gestion des camps, en coordination avec les organisations locales, les autorités, les comités de gestions des camps, et les dirigeants de la communauté, en tant qu'organisme sectoriel de coordination des camps (CCCM). Ce leadership implique en outre la responsabilité d'aider les déplacés internes à accéder à des solutions durables dans le cadre des stratégies de retour et de relocalisation du gouvernement.

Les conditions dans les camps de 2010 se sont détériorées rapidement ces dernières années à mesure que les acteurs humanitaires se sont retirés par manque de financement. Actuellement, seulement 6 partenaires du CCCM mettent en œuvre des activités dans les camps restants depuis le tremblement de terre. Pour les personnes qui vivent toujours dans les camps, une réponse CCCM cohérente est nécessaire pour maintenir les niveaux de vie de base en termes d’infrastructures, d'assainissement et d'hygiène de l'eau (WASH). Afin de répondre aux besoins de toutes les personnes déplacées vivant actuellement dans des camps, l'Unité des opérations de gestion de camp (CMO) mène des activités de gestion de camp dans tous les camps de personnes déplacées. Ces équipes continuent de travailler en étroite collaboration avec le gouvernement haïtien afin d'améliorer les conditions dans les camps et d’assurer la protection et la sécurité des personnes déplacées. Depuis 2010, pour assurer la pérennité de ses activités, l'OIM a mené des activités de renforcement des capacités pour le personnel de DPC en matière de CCCM. Cela a permis au Gouvernement Haïtien d'assumer un rôle plus visible et plus réactif dans le management de camps et la coordination des camps.

Suite à l'ouragan, une équipe d'opération de gestion de camp a été déployée dans les départements de Grande Anse et du Sud afin de suivre la situation humanitaire des personnes déplacées suite à l'ouragan Matthew. Ces équipes fournissent des informations essentielles sur les besoins des populations déplacées et gardent le contact avec la communauté, ce qui permet d'identifier les lacunes et les duplications dans l'assistance fournie à la population déplacée.

 Retours

Par le passé, les programmes de retour comprenaient des améliorations / réparations de maisons, la modernisation de maisons existantes et la réinstallation dans des zones rurales. Actuellement, les activités sont presque exclusivement axées sur les subventions au loyer, la plupart des ménages ayant déclaré être locataire avant le tremblement de terre..

Compte tenu de la vulnérabilité des personnes restées dans les camps plus de sept ans après le tremblement de terre de janvier 2010, le Gouvernement haïtien et la communauté humanitaire considèrent le démantèlement des camps comme une priorité absolue. À ce jour, la stratégie la plus efficace pour faciliter les sorties de camp volontaires est l'aide directe à la location qui permet aux personnes déplacées d'identifier une maison sûre dans le quartier de leur choix pendant une période de 12 mois.

L'OIM tient à jour une base de données qui permet de suivre les informations sur les familles déplacées à partir du moment où les personnes déplacées trouvent un logement adapté aux critères convenus (risques environnementaux, notations MTPTC, accès à l'eau et aux installations sanitaires, etc.). Huit semaines après le déménagement, des visites de suivi sont effectuées et constituent la vérification finale avant la fin du décaissement de la subvention et la clôture du processus sur le terrain.

Trois sites de la commune de Delmas ont bénéficié des programmes de subventions locatives réalisés par l'OIM. Ces trois sites (Acra Cite Nord Delmas 33, Acra Zone Sud et Village AFCA 2) n'accueillent plus de ménages déplacés. Des lettres de clôture officielles du maire de cette commune ont été signées, classant ces sites comme officiellement fermés.

 

 

Protection

L'unité de protection travaille avec le projet de retour et de réinstallation des personnes déplacées pour s'assurer que la protection est appliquée et en tenant compte de toutes les activités mises en œuvre. L'objectif de l'équipe de retour de l'Unité de Protection est de permettre à toutes les personnes vulnérables dans les camps ciblés de bénéficier des services de l'OIM en fonction de leurs besoins spécifiques afin de pouvoir quitter les camps et réintégrer dans leur quartier d'origine dans des conditions dignes et favorables à leur épanouissement personnel. À cette fin, le gouvernement du Canada et l'OIM mettent en œuvre de nombreuses activités dans les camps, y compris l'identification et l'évaluation des besoins des plus vulnérables, la distribution d'articles non alimentaires, le renforcement des capacités et la formation services de soins (partenaires d'exécution ou autres unités de l'OIM).

À ce jour, près de 7 000 personnes déplacées vulnérables ont été identifiées et évaluées. Ces personnes ont également bénéficié de suivis adaptés à leurs besoins, tels que le soutien à la mise en œuvre d'activités génératrices de revenus (AGR), la restitution des pièces d'identité, l'assistance sanitaire et / ou nutritionnelle ou les références aux plus vulnérables (personnes handicapées, mineurs ...) à des partenaires spécialisés.


[1] IOM Haiti- Cumulative Report-Displacement in Haiti- June 2017

[2] 6 Rapport de situation #7 – SNGRD/COUD, October 10th, 2016

[3] IOM Haiti- Cumulative Report-Displacement in Haiti- June 2017